Votre navigateur n'accepte pas les scripts. Si des liens vers des pages ne s'ouvrent pas , voyez : le plan du site> Le super flop de la ville du Puy-en-Velay

balise européenne vers compostelleLE SUPER FLOP DE LA VILLE DU PUY-EN-VELAY
LA MARCHANDISATION DU PELERINAGE

PLAN DU SITE   |   Bienvenue | Motivations  | HISTOIRE ET LÉGENDES | Associations jacquaires | Revues électroniques  |  Pèlerinage et humour  |      Compostelle Info   |   Cartes des principaux chemins   |    Les patronages de saint Jacques   |    Que penser de la marche    Conseils pratiques    |  Adresses et liens   GENEALOGIE  |  RANDONNÉE   | 

 

Article paru dans la revue  de l'Association Belge des Amis de Saint-Jacques-de-Compostelle,  "Le Pecten ", n° 105, 2012, p. 39
 

Hé oui !

Tout peut se vendre et tout se vend, même le pèlerinage…

Et c’est ce que fait la ville du Puy et son office de tourisme. Forte de la création en son sein  de la nouvelle Fédération Européenne des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, elle l’annonce clairement : « La marque Europe souhaite s'appuyer sur des produits touristiques avec un impact au niveau international, et le Saint-Jacques fait partie des axes potentiels. L'agglomération et plus généralement tout le département de Haute-Loire devraient donc bénéficier dans un avenir proche d'une mise en tourisme et d'un éclairage médiatique fort et générateur d'emplois. »[i].

Et pour ce faire, elle met sur le marché des pèlerinages d’un jour avec retour le soir en navette ou en taxi que l’on peut réserver à l’avance : « Incontournable lorsqu'on est en Haute-Loire ! Comme depuis des millénaires, vous partez sur le premier itinéraire européen classé UNESCO.
Marches de 8.5, 17 et 24 km adaptées à tous les niveaux, y compris aux familles et aux séniors.
 »[ii].

Et comme « avoir été sur le chemin de Saint Jacques » devient un must, elle n’hésite pas à caresser dans le sens du poil : « Vous pourrez dire, j'ai fait les premières étapes du chemin historique vers Saint-Jacques-de-Compostelle... »[iii].

Si je puis trouver bon que les populations qui se trouvent le long des chemins allant vers Compostelle, puissent en tirer quelques profits du fait des services qu'ils rendent aux pèlerins (hébergements, alimentation, restauration et autres services) et si je suis reconnaissant aux autorités villageoises qui cherchent à améliorer l'infrastructure ou les hébergements pour rendre service aux pèlerins ou pour leur faciliter le pèlerinage, (même si elle pensent aussi ce faisant à leurs villageois),  je trouve indécent d'utiliser et de détourner le pèlerinage pour en faire un objet commercial et touristique et ce sans aucun esprit de service aux pèlerins.

Les marchands du temple sont de toutes les époques

par Pierre Swalus