Votre navigateur n'accepte pas les scripts. Si des liens vers des pages ne s'ouvrent pas , voyez : le plan du site> Nos motivations pour aller vers Saint-Jacques de Compostelle,

Balise euroéenne des chemins de CompostelleNOS MOTIVATIONS POUR ALLER VERS SAINT-JACQUES DE COMPOSTELLE

PLAN DU SITE   |   Bienvenue  | Motivations  | HISTOIRE ET LÉGENDES | Associations jacquaires | Revues électroniques  |  Pèlerinage et humour  |      Compostelle Info   |   Cartes des principaux chemins   |    Les patronages de saint Jacques   |    Que penser de la marche    Conseils pratiques    |  Adresses et liens   GENEALOGIE  |  RANDONNÉE   | 

 

Au cours de l'été 2007 pour la septième fois, nous avons cheminé sur un chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Ce qui m’attire (Simonne) sur ces chemins ?

Avant tout c’est que avant nous d'autres gens ont cheminé sur ces chemins ou sur d'autres disparus et cela déjà bien avant le christianisme.

Déjà les Celtes cheminaient sur cette route. Pour eux il s’agissait d’une route qui les menait vers "la fin" de la terre (Finistère), la route de l’ouest, la route allant vers le coucher du soleil, vers la mort…

C’est seulement vers le XIe siècle que les chrétiens se sont mis en route vers ce que l'on dit être la sépulture de saint Jacques : Jacques, frère de Jean et tous deux apôtres de Jésus. Après des années d’abandon, les chemins de Compostelle retrouvent un succès croissant et les pèlerins se pressent de toute l’Europe pour emprunter la route tracée par leurs prédécesseurs . ( En 1993 le Camino francés a été inscrit par l'Unesco au patrimoine mondial : pour une information plus complète sur ce sujet, voir  : http:///www.saint-jacques.info/icomos.htm)

Sur ce chemin d'autres gens ont marché avant nous et d’autres marcheront après nous. C’est une grande chaîne et de cette chaîne nous sommes un maillon.

Une autre raison de faire ce chemin… ? Depuis toujours j'ai (Simonne)  eu le souhait de vivre une vie simple et dépouillée mais…dans le quotidien il n’est pas facile de se libérer de la société de consommation. Ce chemin précisément permet une retraite par rapport à la société de consommation !

En effet ce sont trois mois vécus avec le minimum. Nous emportons seulement les choses que nous sommes capables de porter sur le dos : une tente, un sac de couchage, un savon et un essuie, une petite pharmacie, une natte, un camping gaz, une casserole, des couverts, une grande bouteille d’eau pour boire, la nourriture du jour et…seulement un vêtement de rechange… ! Chaque jour, si le temps le permet, nous faisons notre lessive.

Ce chemin est aussi un chemin de solitude. (pendant la marche, car aux étapes, en Espagne, c'est la foule). Seule en face de soi-même, seule face au chemin, seule face à la nature mais seule aussi pour affronter les contretemps !

Ce chemin est le temps de vivre "ici et maintenant ", de vivre le temps présent.
Avoir devant soi trois mois pour faire le vide, trois mois pour regarder. Toute la journée pour recevoir le soleil, les fleurs, les oiseaux. Être disponible pour l’odeur de la terre chaude, pour le bruit et la fraîcheur du vent, pour le plaisir d’une source d’eau fraîche quand la bouteille est vide ou que l’eau est devenue chaude…. Mais par contre certains jours il y a le froid, la pluie, la chaleur torride que nous devons affronter. C’est vrai que le chemin est parfois difficile mais avec le recul il y a la joie de l’avoir fait !

Le chemin est le temps des rencontres.

Rencontres avec ceux qui sont au bord du chemin :

  • Les gens qui nous demandent pourquoi nous sommes sur le chemin… ? 

  • Ceux qui ont eux-mêmes fait le chemin une année antérieure…

  • Ceux qui souffrent et désirent confier leur souffrance à saint Jacques…

  • Ceux qui formulent une demande à saint Jacques…

  • Et enfin, et c’est précieux, ceux qui désirent nous aider !

Mais surtout rencontres avec tous ces autres qui sont sur le chemin, chacun avec sa motivation :

  • Récapituler sa vie avant un tournant…

  • Prendre du recul par rapport à sa vie professionnelle…

  • Réaliser quelque chose seul

  • Faire quelque chose de difficile et aller au-delà de ce qu’on croit être ses limites

  • Remercier…

  • Prier…

  • Et pour certains, une performance sportive

  • C’est sans doute un chemin solitaire mais surtout très solidaire.

De toute façon en arrivant à Saint-Jacques de Compostelle nous croyons avoir fait le chemin mais avant tout c’est le chemin qui nous a fait !