Votre navigateur n'accepte pas les scripts. Si des liens vers des pages ne s'ouvrent pas , voyez : le plan du site> à propos de la Fédération Européenne des chemnis de Saint-Jacques

balise européenne vers compostelleCHEMIN DE PÈLERINAGE... ?  UN COUP DE GUEULE !

PLAN DU SITE   |   Bienvenue | Motivations  | HISTOIRE ET LÉGENDES | Associations jacquaires | Revues électroniques  |  Pèlerinage et humour  |      Compostelle Info   |   Cartes des principaux chemins   |    Les patronages de saint Jacques   |    Que penser de la marche    Conseils pratiques    |  Adresses et liens   GENEALOGIE  |  RANDONNÉE   | 

 

Article paru dans la revue  de l'Association Belge des Amis de Saint-Jacques-de-Compostelle,  "Le Pecten ", n° 103, pp.38-39

par Pierre swalus

Une nouvelle fédération a vu le jour récemment : la « Fédération Européenne des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle ».

Ma curiosité m’a amené a vouloir en savoir plus… et j’ai été fort déçu de ce que j’ai trouvé.

Voici l’objectif de la fédération : rassembler les collectivités territoriales du continent européen traversées par les Chemins de St-Jacques de Compostelle, autour d’une promotion culturelle et touristique commune des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, s’agissant d’un patrimoine culturel qu’elles partagent depuis plusieurs siècles.   
Dans cet objectif, on ne trouve rien qui fasse référence à la notion de pèlerinage.

Creusons donc un peu plus et voyons qui est à l’origine de cette fédération : les statuts en ont été signés, à l’Hôtel-Dieu du Puy-en-Velay, entre Laurent Wauquiez, maire du Puy-en-Velay et ministre des Affaires étrangères, Michel Joubert, président du communauté d’agglomération du Puy-en-Velay, et le ministre du Tourisme de Galice, Roberto Varella.

Où sont les représentants des pèlerins ?

Bien sûr cette Fédération trouvera son siège au Puy-en-Velay. Voici ce qu’en dit le maire de la ville : « Cette signature est importante pour préserver la place préférentielle que possède notre agglomération comme ville de départ historique. D'autres villes moins légitimes historiquement essaient de gommer l'Histoire par des budgets communication importants. L'agglomération du Puy-en-Velay doit conserver sa spécificité. » (1)

De quoi peut-on se réjouir ?  De voir la ville du Puy gagner plus de touristes que la ville de Tours ?

Voici ce que l’on peut encore lire sous la plume de Nicolas Auriault dans la presse locale : « Une première salve de financement serait d'ores et déjà négociée pour améliorer la visibilité de la capitale vellave et rénover le balisage des chemins.          .
Tout bon recentrage s'accompagne d'une diversification. Pour compléter l'offre autour des chemins de Saint-Jacques, essentiellement basée sur les séjours de longue durée, l'agglomération propose deux formules courtes de découverte, d'initiation. Dans l'idée, les deux « produits » sont proches. Le premier, dit « pèlerin d'un jour », permet à quiconque d'être hébergé sur une ville de la Communauté d'agglomération, d'aller tâter du chemin pendant une journée, et de se faire raccompagner en car sur Le Puy après cette mise en bouche. 
Le second vise les touristes de proximité, pour les attirer dans les filets altiligériens, le temps d'un week-end. Ainsi les grandes agglomérations proches, comme Saint-Étienne, Lyon et Clermont-Ferrand sont les premières concernées. Si le public visé est plus ciblé, le but reste là aussi de faire goûter aux joies de la randonnée sur une courte période. »
(2)

De quoi peut-on se réjouir ? De savoir qu’il y aura plus de touristes au Puy-enVelay et alentour ?

Que peut-on encore lire à ce propos ?  En se réjouissant que la nouvelle Fédération trouve son siège au Puy-en-Velay, le ministre du Tourisme de la Galice proclamait : « Il est normal qu’il soit au Puy-en-Velay. C’est le point de départ le plus emprunté par les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle*. En Galice, nous sommes le point d’arrivée, et pour qu’il y ait une arrivée, il faut qu’il y ait un départ ! Sans Le Puy-en-Velay, nous ne sommes finalement pas grand-chose ». (3)

Pour qu’il y ait encore plus de pèlerins qui partent du Puy tout est bon, il n’est pas nécessaire que ce soit vrai : d’après les dernières statistiques de l’Office des pèlerins à Compostelle en 2010 (année sainte), 276.135 pèlerins ont été recensés dont 9140 Français soit 3,3 %. du total ; Combien viennent-ils du Puy : 3280 soit 1,2 % .(4).

Bien sûr il n’y a pas que les Français qui peuvent partir du Puy, il y aussi des Belges et encore d’autres ; bien sûr certains, pour ne pas dire la plupart, partant du Puy ne vont pas d’une traite jusqu’à Compostelle… mais dire que le Puy est le point de départ le plus emprunté,  est tout à fait erroné !  Tout comme d’ailleurs ce que l’on peut encore lire dans ce journal : que la Galice a accueilli en 2010…  9 millions de pèlerins !

Non,  je ne puis me réjouir de la naissance de cette nouvelle Fédération « jacquaire ». Ce n’est certes pas elle qui va aider à se recentrer sur l’essentiel !

Et savez-vous qui, au sein de cette fédération, est le représentant officiel pour la Belgique ? La Fédération du Tourisme de la Province de Namur …

 

(*) le soulignement est de l’auteur

(1) L’Éveil. Le Journal quotidien de la Haute-Loire, 1/01/2011

(2) http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/departement/haute-loire/haute-loire-local/2011/04/05/tous-les-chemins-de-saint-jacques-de-compostelle-commencent-au-puy-en-velay-149759.html 

(3) Karine Wierzba, Journal Le Progrès, 12/04/2011

(4) http://www.peregrinossantiago.es/esp/wp-content/uploads/informes/peregrinaciones2010.pdf