Cartes des chemins vers Saint-Jacques de Compostelle à patir de la Belgique

CARTE DES CHEMINS VERS SAINT-JACQUES-DE-COMPOSTELLE EN BELGIQUE

PLAN DU SITE   |   Bienvenue | Motivations  | HISTOIRE ET LÉGENDES | Associations jacquaires | Revues électroniques  |  Pèlerinage et humour  |      Compostelle Info   |   Cartes des principaux chemins   |    Les patronages de saint Jacques   |    Que penser de la marche    Conseils pratiques    |  Adresses et liens   GENEALOGIE  |  RANDONNÉE   | 
 

 

.

ITINÉRAIRES BRUGEOIS DE 1380

Cette carte représente les itinéraires tels qu'ils sont décrits dans  le codex "Itinerarium de Brugis" (Itinéraire Brugeois) (1) composé vers 1380. Ce manuscrit décrit en détails des itinéraires au travers de toute l'Europe continentale, itinéraires principalement destinés au pèlerins de toute destination. Deux itinéraires entre Bruges et Compostelle sont décrits, l'un allant à Compostelle, l'autre en revenant : l'itinéraire "aller" passe par Paris ( 5 chemins différents décrits), rejoint Tours par deux variantes et passe par les villes indiquées dans le codex Calixtinus pour rejoindre Compostelle par le camino Francés. Le chemin de retour passe par Toulouse, rejoint Montpellier, remonte la vallée du Rhône , rejoint Le Puy passe par Moulins, Nevers et rejoint Paris.

 

LES ROUTES DE SAINT-JACQUES DE A.GEORGES

Cette carte représente les routes vers Compostelle telles que les a tracées A. GEORGES;  Elle est sensée représenter les routes vers Compostelle  suivies par les pèlerins des siècles passés partant de la Belgique et du nord de la France. Les grandes routes venant d'Utrecht,  de Cologne et de Boulogne peuvent avoir une certaine pertinence puisque c'étaient de grandes voies commerciales et que à l'époque les pèlerins suivaient ce genre de routes. Elles ont certainement été empruntées par des pèlerins. Mais peut-on de ce fait parler  de routes de Saint-Jacques ?

L'auteur franchit ce pas en se basant sur le fait que sur ces routes,on rencontre  de nombreuses abbayes et monastères, de nombreux .  hospices Saint-Jacques,  des  Confréries Saint-Jacques et des Eglises Saint-Jacques. Il se base d'ailleurs sur les mêmes critères pour étendre son maillage de routes. (2)

En fait ces critères sont beaucoup moins pertinents qu'ils ne paraissent. Les église Saint-Jacques ont peu de signification en rapport avec les routes vers Compostelle; elles traduisent la ferveur populaire pour saint Jacques . Si l'on devait appliquer le même critère pour les Eglies Saint-Martin (bien plus nombreuses) on pourrait tracer un maillage de routes (de pèlerinage ?) bien plus dense vers Saint-Martin de Tours !

Quant au critère des abbayes et monastères, il ne sont guère plus pertinent car on trouve très peu de traces d'accueil de pèlerins de saint Jacques dans les archives de ces monastères.

Quant aux hospices Saint-Jacques, la recherche a montré qu'ils n'étaient que  rarement réservés au pèlerin de saint Jacques; En effet, de manière générale ils accueillaient tous les voyageurs qu'ils soient marchands, artisans ou pèlerins. Ils accueillaient également les mendiants et les malades.

Les confréries, témoignent elles, du fait qu'un nombre certain de pèlerins sont partis de cette ville pour se rendre à Compostelle et en sont revenus.. Mais cela ne ssuffit pas pour induire l'existence d'une route de pèlerinages.

Comme le faisait déjà remarquer  NICOLAÏ Alexandre  en 1897 (pour la France) : ..."Il n'est peut-être pas une route jadis praticable qui, d'une ville à une autre, n'ait été suivie par les Senjacaires, avec hospices et chapelles pour stations. Comme on allait de partout à Compostelle, on se hâtait par les traverses de rejoindre les 4 ou 5 grandes routes qui durent desservir le nord, l'est, le centre, le midi. La seule remarque des hôpitaux dispersés par toute la surface de notre territoire suffit à démontrer qu'on arrivera très difficilement à dresser la carte complète de ces petits itinéraires jusqu'à leur embranchement avec les grandes routes et que, lorsqu'on sera arrivé à être complet, ce sera sans grand intérêt, car on aura fait que reconstituer le réseau des communications pendant le Moyen-âge". (3).

 

 

CARTE SCHÉMATIQUE DES CHEMINS

Cette carte représente les chemins actuels  tracés par les associations jacquaires et pour lesquels un guide ou un descriptif existe, ou (et) pour lesquels un balisage a été réalisé

 

CARTE  PLUS DÉTAILLÉE DES MÊMES CHEMINS (4)

 

 

CARTE SCHÉMATIQUE AVEC LES LIAISONS POSSIBLES (5)

 

 

(1) Itinéraire Brugeois  composé vers 1380 publié d'après la copie du manuscrit de la bibliothèque de Gand, Bruxelles, J.H. Lehou, 1858,  [Reproduction numérique au format pdf de l’intégralité de l’ouvrage sur Gallica]

(2)  GEORGES André , Le Pèlerinage à Compostelle en Belgique et dans le Nord de la France , Palais des Académies, 1971, pp. 167-183;

(3) NICOLAÏ Alexandre, Monsieur Saint-Jacques de Compostelle, Bordeaux 1897, pp. 45-46  Cit. in : DAUX Camille, Le pèlerinage à Compostelle et la confrérie de Monseigneur Saint-Jacques de Moissac, Paris, Honoré Champion, 1898

(4) à partir de Carte de la Vlaams Genootschap, sur le site de la Vlaams Genootschap van Santiago de Compostela : http://www.compostelagenootschap.be/article.aspx?id=2151

(5) Carte de la Vlaams Genootschap van Santiago de Compostela

 

Mis en ligne le 04/01/2017