Votre navigateur n'accepte pas les scripts. Si des liens vers des pages ne s'ouvrent pas , voyez : le plan du site> Saint Jacques le Majeur et saint Martin

balise européenne vers compostelleSAINT JACQUES LE MAJEUR ET SAINT MARTIN DE TOURS

PLAN DU SITE   |   Bienvenue | Motivations  | HISTOIRE ET LÉGENDES | Associations jacquaires | Revues électroniques  |  Pèlerinage et humour  |      Compostelle Info   |   Cartes des principaux chemins   |    Les patronages de saint Jacques   |    Que penser de la marche    Conseils pratiques    |  Adresses et liens   GENEALOGIE  |  RANDONNÉE   | 

 

Article paru dans la revue  de l'Association Belge des Amis de Saint-Jacques-de-Compostelle,  "Le Pecten ", n° 115, pp.37-39
 

 

Saint Jacques le Majeur est en Belgique le patron de 35 églises dont 2 sont désaffectées (celle de Louvain et celle de Namur). [i]

Le nombre d'églises dédiées à un saint peut être considéré comme une mesure de la popularité de ce saint ou de la ferveur populaire à son égard durant les siècles passés.

Est-ce que 35 est un nombre important ? Pour répondre à cette question, j'ai tenté de faire un inventaire de toutes les paroisses ou églises de Belgique. Pour la Flandre et Bruxelles, l'opération est facile car un site[ii]  répertorie toutes les églises et permet de les classer par le nom de leur patron. Pour la Wallonie par contre c'est moins simple: d'une part, je n'ai pas trouvé un site regroupant toutes les paroisses et j'ai du passer par les sites des différents diocèses et d'autre part un diocèse n'a pas un inventaire complet.

Malgré cette imprécision on peut se faire une idée assez claire de l'importance des différents patrons des églises et paroisses.

Le champion est saint Martin qui devance les "Notre Dame" de toutes sortes (de l'Assomption, du bon secours, immaculée, de bonne espérance, de la visitation...), les saints Pierre, saint Lambert, saint Rémy, saint Nicolas, saint Jean-Baptiste,  saint Amand....  

Saint Martin patronne près de dix fois plus d'églises que saint Jacques. Il nous faut accepter, malgré tout notre attachement à saint Jacques ou à son pèlerinage que celui-ci n'est pas dans le top 10 des saints les plus populaires.

Par contre, on  peut dire que saint Martin est ou a été un saint extrêmement populaire. Nous connaissons tous l'image de saint Martin sur son cheval en tenue d'officier romain et qui coupe son manteau en deux pour le partager avec un pauvre qui avait froid. Les plus vieux d'entre nous se rappellent que pendant la dernière guerre, saint Martin, qu'on appelle aussi  le miséricordieux, était ainsi représenté sur les affiches du "Secours d'hiver" (Winterhulp en flamand).

S'il partage avec saint Jacques cette représentation cavalière, l'histoire et la légende les différencient fortement : si saint Jacques est le guerrier matamore, saint Martin lui, malgré qu'il soit officier  romain, refuse de se battre et de tuer. Si la légende  dit que saint Jacques est enterré à Compostelle, ce que l'histoire ne confirme pas, il n'y a par contre aucun doute sur la vie et la mort de saint Martin à Tours.

La popularité de saint Martin se confirme lorsqu'on examine l'usage de Martin comme nom de famille. Martin est le 3éme nom de famille le plus fréquent en Wallonie[iii]. S'il n'est que le  33ème pour la Belgique[iv], c' est du au fait que Martin est un patronyme français (il est d'ailleurs le 1er patronyme en France) et de ce fait bien plus rare  en Flandre.

Ce patronyme est traduit en Flandre par Maarten et tous ces dérivés : les   Martens, Maertens et Maerten , Mertens[v] .

Le tableau ci dessous montre les fréquences des différents noms de famille (au 31 décembre 1987)[vi]. On peut y constater que Mertens est le nom de famille qui obtient la 5me place en terme de fréquence en Flandre. Si on additionne tous les patronymes issus de Martin et de Maarten, ce nom de famille dépasse aussi bien en Wallonie qu'en Flandre et qu'à Bruxelles, Peeters qui avec une fréquence de 33.170 est le premier en Belgique !  

NOM

Wallonie

Bruxelles

Flandre

Total

Martin

6.816 (3e)

866

1.176

8858 (33e)

Mertens

2.213

1.521

15.016  (5e)

18.750 (5e)

Martens

926

370

9.463 (16e)

10.759 (20e)

Maertens

426

170

2.991

3.587

Maerten

83

20

481

584

TOTAL

10.464

2.947

29.127 

42.538 

Mais , soyons honnête, si on regroupait tous les patronymes immédiatement apparentés à Peeters (les Pieter, Pieters , Pierre, Pir , Pieron,  etc.), saint Martin arriverait en 2ème place...

Jacques apparait lui passé la 100ème place en Wallonie tandis que sa traduction Jacob occupe la 3ème place en Flandre. Cependant si l'on regroupe tous les patronymes issus de Jacques et de Jacob, tels que les Jacobus, Jacobs, Jacoby, Jacot, Jacqmain sous toutes ses formes,  Jacmart ,Jacquart, Jacquet, Jacquy, etc.[vii] on arrive au nombre respectable de  37.392[viii]. Le patron de notre association ne se classe donc pas si mal !

Un autre parallèles que l'on peut faire entre saint Jacques et saint Martin est le fait que pour saint Martin aussi existent des chemins[ix].

Ces chemins au nombre de 4 rappellent des épisodes de sa vie. Ils sont intégrés depuis 2005 dans les "Itinéraires Culturels du Conseil de l'Europe"

La Via sancti Martini (2 500 km) relie sa ville d’enfance (Szombathely en Hongrie) à Tours. à travers la Hongrie, la Slovénie, l’Italie et la France .
La Via caesaraugustana (1 100 km) relie Saragosse, où il serait aller à un concile, à Tours.   
La Via Treversorum (1100 km) relie Tours à Trèves où il se rendit plusieurs fois pour rencontrer les empereurs.
La Via Trajectensis (1100 km) relie Tours à Utrecht en passant par Amiens où saint Martin aurait partagé son manteau. Je n'ai trouvé nulle part une explication quant au lien existant entre ce chemin et la vie de saint Martin.

 

Ces chemins pourraient tenter des pèlerins désireux de marcher sur de nouveaux itinéraires moins encombrés que les chemins vers Compostelle. Actuellement, seulement certains tronçons sont balisés, ce qui veut dire que le pèlerin devra faire une travail important de préparation pour suivre ces nouvelles voies. Le site web "Les Chemins Européens"[x] fournit pas mal de renseignements et est un bon point de départ pour une préparation plus approfondie.

 

Terminons en rappelant que Tours était depuis le Vème siècle le premier lieu de pèlerinage de la Gaule.

 

[iii] HERBILLON Jules et Jean GERMAIN, Dictionnaire des noms de Famille en Belgique Romane et dans les régions limitrophes, Crédit Communal, 1996, p.557

[iv] ib. p. 876

[v] DEBRABANDERE Frans, Verklarend Woordenboek van de Familienamen in Belgie en Noord-Franrijk, Gemeentekrediet, 1993, p. 915

[vi] HERBILLON Jules, op cit. pp. 875 sqq.

[vii] ib. p. 435

[viii] ib. p. 1034